Les règles pour comptabiliser les gains et pertes de change

Les règles pour comptabiliser les gains et pertes de change

Le commerce international a grande ampleur actuellement. Le poids de l’Union Européenne dans le domaine est élevé d’après les chiffres 2019 de l’Eurostat. Les échanges entre l’UE avec les autres pays représentent 15 % du commerce mondial de biens. Il est donc important de savoir bien comptabiliser les différentes opérations.

Bien comptabiliser les gains et les pertes

Au niveau international, le taux de change varie grandement. Et l’évolution du taux permet de réaliser des gains. C’est le cas lorsqu’une monnaie est convertie à un cours supérieur à celui auquel il avait été comptabilisé. Dans le cas contraire, il s’agit d’une perte. Dans le plan comptable général, le compte 766 sert à créditer les gains de change financières. La comptabilisation des gains implique le respect de certaines règles. Pour commencer, les factures en devises étrangères doivent être converties en euro. Il faut se référer au cours interbancaire du jour de réception de la facture. Il faut noter que le montant du gain de change est estimé à la fin de l’exercice comptable. Dans ce cas, il faut recalculer l’élément monétaire par rapport au taux à la date de clôture. Ainsi, la différence entre la comptabilité et la conversion est comptabilisée. Entre autres, les gains de change sur les créances commerciales sont comptabilisés dans le compte 756. Le compte 656 est pour les pertes de change sur les créances et dettes commerciales. Dans certaines situations, une entreprise peut décider de ne pas comptabiliser. C’est le cas lorsqu’une fraction du gain de change fait partie de l’exercice précédent. Cela est aussi admis lorsque la durée de vie du gain dépasse celle de l’exercice. Parfois, des gains reportés comprennent des montants à inclure dans le calcul du bénéfice net des exercices suivants. Le solde doit alors être comptabilisé au bilan. Enfin, il est possible de différer l’écriture du gain par prudence. Pour plus de sécurité, il est conseillé d’utiliser des instruments financiers. Un contrat à terme par exemple est une bonne alternative. La différence du taux à terme et à la date du contrat est rapportée aux résultats.

Bien choisir la méthode

Il faut noter que les gains et pertes peuvent être traités comme permanents ou temporaires. Cela dépend de la méthode. Le mode de comptabilisation a un impact sur la réévaluation des documents dans le Compte Client. Cela est aussi valable pour le Compte fournisseur. La première méthode est de considéré le gain/perte comme réalisé ou non réalisé. Ainsi, les gains et pertes sont réalisés uniquement lors du règlement de la transaction. Les soldes en retard libellés sont réévalués à chaque bilan en devises étrangère. Ensuite, ils sont reportés aux comptes de gains et pertes de change non réalisés. Quant au bilan, il est établit à l’aide des taux courants. Les gains et pertes ne sont pas pris en compte dans les produits nets. L’autre méthode consiste à prendre en compte les gains et pertes constatés. C’est le cas lorsque les documents sont réévalués à l’aide du taux de change en cours à la date de réévaluation. Il en va de même lorsqu’ils sont réglés. Dans ce cas, ils sont considérés comme permanents. Et ils ne sont pas extournés lors de la prochaine période. Cela est possible uniquement avec l’autre méthode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *